Nos nichoirs et gîtes

Répondons aux besoins biologiques

Nos nichoirs à oiseaux

Nos gîtes à mammifères

Autres outils de cohabitation

C’est une gamme de nichoirs à oiseaux, gîtes à mammifères et autres outils de cohabitation 100% locale, artisanale et durable que nous vous proposons avec pour objectif final = répondre aux besoins biologiques des animaux sauvages. Le bois utilisé est du douglas, abattu et scié en Normandie parfait pour son rapport qualité/prix et son imputrescibilité. Grâce aux ardoises ou tôles planes protectrices, c’est plusieurs années de vie que ces nichoirs et gîtes gagnent. Ni peindre, ni teindre. Tous droits réservés à Biodiversit’up.

Nos nichoirs à oiseaux

Maisonnette

Losange

Boite aux lettres à balcon

Boite aux lettres

Semi-ouvert

A chicane

Détails

A mésange bleue, mésange huppée, mésange noire et mésange nonnette.

Le nichoir « maisonnette » est un nichoir multi-spécifique parfait pour débuter. Il accueille un grand nombre d’espèces d’oiseaux de petites tailles grâce à son trou d’envol de 25mm. Grâce à son épaisseur de 25mm, il propose une parfaite isolation thermique et une protection contre les prédateurs.

Au-delà du bienfait d’accueillir des oiseaux variés pour la biodiversité, chaque espèce peut apporter un « petit plus ». La mésange bleue, huppée, noire et nonnette sont très utiles pour réguler les chenilles processionnaires. Bien sûr, un nichoir seul ne suffit pas à répondre à leurs besoins biologiques, veillez donc à leur proposer cette solution de cohabitation dans le cadre d’une gestion environnementale plus globale : plantation d’arbre, maintien de la végétation existante…

Le nichoir « maisonnette » est à installer entre 2m50 et 4m sur un arbre ou directement sur un bâtiment (descente de gouttière ou un mur). Orienter le trou d’envol direction sud-est, sud-ouest ou à défaut nord-est (en fonction des ventes dominants du lieu d’installation). Si le nichoir est positionné sur un arbre : utiliser un système de sangle large afin de ne pas l’abîmer lors de sa croissance.

Détails

A mésange bleue, mésange huppée, mésange noire et mésange nonnette.

Le nichoir « losange » est un nichoir multi-spécifique parfait pour débuter. Il accueille un grand nombre d’espèces d’oiseaux de petites tailles grâce à son trou d’envol de 25mm. Avec son épaisseur de 25mm, ce nichoir propose une parfaite isolation thermique et une protection contre les prédateurs

Au-delà du bienfait d’accueillir des oiseaux variés pour la biodiversité, chaque espèce peut apporter un « petit plus ». La mésange bleue, huppée, noire et nonnette sont très utiles pour réguler les chenilles processionnaires. Bien sûr, un nichoir seul ne suffit pas à répondre à leurs besoins biologiques, veillez donc à leur proposer cette solution de cohabitation dans le cadre d’une gestion environnementale plus globale : plantation d’arbre, maintien de la végétation existante…

Le nichoir « losange » est à installer entre 2m50 et 4m sur un arbre ou directement sur un bâtiment (descente de gouttière ou un mur). Orienter le trou d’envol direction sud-est, sud-ouest ou à défaut nord-est (en fonction des ventes dominants du lieu d’installation). Si le nichoir est positionné sur un arbre : utiliser un système de sangle large afin de ne pas l’abîmer lors de sa croissance.

Détails

A mésange charbonnière, moineau friquet et gobemouche gris.

Le nichoir « boite aux lettres à balcon » est un nichoir multi-spécifique qui accueille plusieurs espèces d’oiseaux de petites tailles via son trou d’envol de 30mm. Avec son épaisseur de 25mm, ce nichoir propose une parfaite isolation thermique et une protection contre les prédateurs.

Au-delà du bienfait d’accueillir des oiseaux variés pour la biodiversité, la mésange charbonnière, le moineau friquet et le gobemouche gris sont très utiles pour réguler les chenilles processionnaires. Bien sûr, un nichoir seul ne suffit pas à répondre à leurs besoins biologiques, veillez donc à leur proposer cette solution de cohabitation dans le cadre d’une gestion environnementale plus globale : plantation d’arbre, maintien de la végétation existante…

Le nichoir « boite aux lettres à balcon » est à installer entre 2m50 et 4m sur un arbre ou directement sur un bâtiment (descente de gouttière ou un mur). Orienter le trou d’envol direction sud-est, sud-ouest ou à défaut nord-est (en fonction des ventes dominants du lieu d’installation). Si le nichoir est positionné sur un arbre : utiliser un système de sangle large afin de ne pas l’abîmer lors de sa croissance.

Détails

A mésange charbonnière, moineau friquet et gobemouche gris.

Le nichoir « boite aux lettres » est un nichoir multi-spécifique qui accueille plusieurs espèces d’oiseaux de petites tailles via son trou d’envol de 30mm. Avec son épaisseur de 25mm, ce nichoir propose une parfaite isolation thermique et une protection contre les prédateurs.

Au-delà du bienfait d’accueillir des oiseaux variés pour la biodiversité, la mésange charbonnière, le moineau friquet et le gobemouche gris sont très utiles pour réguler les chenilles processionnaires. Bien sûr, un nichoir seul ne suffit pas à répondre à leurs besoins biologiques, veillez donc à leur proposer cette solution de cohabitation dans le cadre d’une gestion environnementale plus globale : plantation d’arbre, maintien de la végétation existante…

Le nichoir « boite aux lettres » est à installer entre 2m50 et 4m sur un arbre ou directement sur un bâtiment (descente de gouttière ou un mur). Orienter le trou d’envol direction sud-est, sud-ouest ou à défaut nord-est (en fonction des ventes dominants du lieu d’installation). Si le nichoir est positionné sur un arbre : utiliser un système de sangle large afin de ne pas l’abîmer lors de sa croissance.

Détails

A rougegorge familier, bergeronnette grise, rougequeue noir et rougequeue à front blanc.

Le nichoir « semi-ouvert » est un nichoir multi-spécifique qui permet à tout à chacun d’accueillir un nichoir grâce à sa facilité d’installation à hauteur d’Homme. Avec son espace d’accès réduit, les oiseaux ne seront pas dérangés par les autres semi-cavernicoles plus grands.

Installer un nichoir semi-ouvert permet à ces espèces fragiles d’assurer leur maintien sur un territoire grâce à une double protection. Contrer les prédateurs et permettre le maintien du nid lors des tailles des arbres et arbustes. Bien sûr, un nichoir seul ne suffit pas à répondre à leurs besoins biologiques, veillez donc à leur proposer cette solution de cohabitation dans le cadre d’une gestion environnementale plus globale : plantation d’arbre, maintien de la végétation existante…

Le nichoir « semi-ouvert » est le nichoir le plus facile à installer puisqu’il se positionne directement dans une haie ou sur un mur, derrière une végétation dense (arbustes, rhododendrons…), il suffit de le positionner à hauteur de poitrine et bien l’accrocher. Si le nichoir est positionné sur un arbre ou arbuste : utiliser un système de sangle large afin de ne pas l’abîmer lors de sa croissance.

Détails

A chouette chevêche d’Athéna exclusivement.

Le nichoir « à chicane » est un nichoir mono-spécifique pour la chevêche d’Athéna. Son trou d’envol de 70mm lui permet d’entrer debout afin d’accéder à la colonne de protection où se fera la ponte. Avec son épaisseur de 25mm, ce nichoir propose une parfaite isolation thermique.

Au-delà du bienfait d’accueillir des oiseaux variés pour la biodiversité, installer un nichoir à chouette chevêche permet de lui assurer un lieu où couver à l’abri des prédateurs. Bien sûr, un nichoir seul ne suffit pas à répondre à ses besoins biologiques, veillez donc à lui proposer cette solution de cohabitation dans le cadre d’une gestion environnementale plus globale : plantation d’arbre, maintien de la végétation existante…

Le nichoir « à chicane » est à installer entre 2m et 3m50 sur un arbre avec une branche horizontale. Si besoin, utiliser deux sangles afin de positionner le nichoir avec une horizontalité parfaite. Orienter le trou d’envol direction sud-est, sud-ouest ou à défaut nord-est (en fonction des ventes dominants du lieu d’installation).

A troglo’

Triangle

A pic

Immeuble

Maisonnette à balcon

Immeuble vertical

Détails

A troglodyte mignon exclusivement.

Le nichoir « à troglo’ » est un nichoir mono-spécifique pour le troglodyte mignon. Semi-cavernicole, le troglodyte viendra tapisser l’intérieur de mousse et de feuilles. Avec son espace d’accès réduit, il ne sera pas dérangé par les autres oiseaux semi-cavernicoles dont le rouge-gorge familier.

Installer un nichoir à troglodyte mignon permet à cette espèce petite et fragile d’assurer son maintien sur un territoire grâce à une double protection : contrer les prédateurs tout en permettant le maintien du nid lors des tailles des arbres et arbustes. Bien sûr, un nichoir seul ne suffit pas à répondre à ses besoins biologiques, veillez donc à lui proposer cette solution de cohabitation dans le cadre d’une gestion environnementale plus globale : plantation d’arbre, maintien de la végétation existante…

Le nichoir « à troglo’ » est à installer entre 2m50 et 4m sur un arbre ou directement sur un bâtiment (descente de gouttière ou un mur). Orienter le trou d’envol direction sud-est, sud-ouest ou à défaut nord-est (en fonction des ventes dominants du lieu d’installation). Si le nichoir est positionné sur un arbre : utiliser un système de sangle large afin de ne pas l’abîmer lors de sa croissance.

Détails

A grimpereau des jardins et grimpereau des bois.

Le nichoir « triangle » est un nichoir multi-spécifique pour les grimpereaux. Grâce à son trou d’envol situé à l’arrière, l’accès est depuis le tronc. Avec son épaisseur de 25mm, ce nichoir propose une parfaite isolation thermique et une protection contre les prédateurs.

Au-delà du bienfait d’accueillir des oiseaux variés pour la biodiversité, installer un nichoir à grimpereau des jardins et des bois permet d’assurer à ces oiseaux une nidification à l’abri de la prédation. Bien sûr, un nichoir seul ne suffit pas à répondre à leurs besoins biologiques, veillez donc à leur proposer cette solution de cohabitation dans le cadre d’une gestion environnementale plus globale : plantation d’arbre, maintien de la végétation existante, présence de nourriture saine…

Le nichoir « triangle » est à installer entre 2m50 et 4m sur un arbre obligatoirement (avec un tronc d’au minimum 15cm de diamètre) via un système de maintien par sangle large afin de ne pas l’abîmer lors de se croissance. Orienter Le trou d’envol direction sud-est, sud-ouest ou à défaut nord-est (en fonction des ventes dominants du lieu d’installation).

Détails

A pic vert exclusivement.

Le nichoir « à pic » est un nichoir mono-spécifique pour le pic vert. Son trou d’envol de 65mm et sa profondeur ont pour objectif de recréer un effet de loge. Avec son épaisseur de 25mm, ce nichoir propose une parfaite isolation thermique et une protection contre les prédateurs.

Au-delà du bienfait d’accueillir des oiseaux variés pour la biodiversité, installer un nichoir à pic vert permet d’assurer à ces oiseaux une nidification à l’abri dans un contexte territorial où les cavités naturelles se font rares. Bien sûr, un nichoir seul ne suffit pas à répondre à ses besoins biologiques, veillez donc à lui proposer cette solution de cohabitation dans le cadre d’une gestion environnementale plus globale : plantation d’arbre, maintien de la végétation existante…

Le nichoir « à pic » est à installer entre 5m et 7m sur un arbre obligatoirement (avec un tronc d’au minimum 10cm de diamètre) via un système de maintien par sangle large afin de ne pas l’abîmer lors de se croissance. Orienter Le trou d’envol direction sud-est, sud-ouest ou à défaut nord-est (en fonction des ventes dominants du lieu d’installation).

Détails

A moineau domestique exclusivement.

Le nichoir « immeuble » est un nichoir mono-spécifique pour le moineau domestique. Grâce à ses trois compartiments et leurs trous d’envol de 35mm, ces oiseaux peuvent vivre en communauté. Avec son épaisseur de 25mm, ce nichoir propose une isolation thermique et une protection contre les prédateurs.

Installer un nichoir pour les moineaux domestiques permet d’assurer à ces petits oiseaux leur maintien sur un territoire grâce à une double protection : contrer les prédateurs et confirmer leur nidification en colonie. Bien sûr, un nichoir seul ne suffit pas à répondre à leurs besoins biologiques, veillez donc à leur proposer cette solution de cohabitation dans le cadre d’une gestion environnementale plus globale : plantation d’arbre, maintien de la végétation existante…

Le nichoir « immeuble » est à installer entre 2m50 et 4m sur un arbre ou directement sur un bâtiment (descente de gouttière ou un mur). Orienter le trou d’envol de la façade direction sud-est afin de proposer à ceux des côtés le sud-ouest et le nord-est. Si le nichoir est positionné sur un arbre : utiliser un système de sangle large afin de ne pas l’abîmer.

Détails

A mésange bleue, mésange huppée, mésange noire et mésange nonnette.

Le nichoir « maisonnette à balcon » est un nichoir multi-spécifique qui accueille plusieurs espèces d’oiseaux de petites tailles avec son trou d’envol de 25mm. Grâce à son épaisseur de 25mm, ce nichoir propose une parfaite isolation thermique et une protection contre les prédateurs.

Au-delà du bienfait d’accueillir des oiseaux variés pour la biodiversité, chaque animal sauvage peut apporter un « petit plus ». La mésange bleue, huppée, noire et nonnette sont très utiles pour réguler les chenilles processionnaires. Bien sûr, un nichoir seul ne suffit pas à répondre à leurs besoins biologiques, veillez donc à leur proposer cette solution de cohabitation dans le cadre d’une gestion environnementale plus globale : plantation d’arbre, maintien de la végétation existante…

Le nichoir « maisonnette à balcon » est à installer entre 2m50 et 4m sur un arbre ou directement sur un bâtiment (descente de gouttière ou un mur). Orienter le trou d’envol direction sud-est, sud-ouest ou à défaut nord-est (en fonction des ventes dominants du lieu d’installation). Si le nichoir est positionné sur un arbre : utiliser un système de sangle large afin de ne pas l’abîmer lors de sa croissance.

Détails

A moineau domestique exclusivement.

Le nichoir « immeuble vertical » est un nichoir mono-spécifique pour le moineau domestique. Grâce à ses trois compartiments et leurs trous d’envol de 35mm, ces oiseaux peuvent vivre en communauté. Avec son épaisseur de 25mm, ce nichoir propose une isolation thermique et une protection contre les prédateurs.

Installer un nichoir pour les moineaux domestiques permet d’assurer à ces petits oiseaux leur maintien sur un territoire grâce à une double protection : contrer les prédateurs et confirmer leur nidification en colonie. Bien sûr, un nichoir seul ne suffit pas à répondre à leurs besoins biologiques, veillez donc à leur proposer cette solution de cohabitation dans le cadre d’une gestion environnementale plus globale : plantation d’arbre, maintien de la végétation existante…

Le nichoir « immeuble vertical » est à installer entre 2m50 et 4m sur un arbre ou directement sur un bâtiment (descente de gouttière ou un mur). Orienter les trous d’envol direction sud-est, sud-ouest ou à défaut nord-est (en fonction des ventes dominants du lieu d’installation). Si le nichoir est positionné sur un arbre : utiliser un système de sangle large afin de ne pas l’abîmer lors de sa croissance.

 

A martinet

A martinet colonie

A épeiche

Double antisalissures

Colonie antisalissures

A épeichette

Détails

A martinet noir et à ventre blanc.

Le nichoir « à martinet » est un nichoir multi-spécifique mais pour une seule famille : les apodidés. Grâce à son accès large et son épaisseur de 25mm, ce nichoir propose une parfaite isolation thermique et une protection contre les prédateurs, lieu parfait pour des couvées en sécurité.

Le martinet noir et à ventre blanc sont d’incroyables oiseaux dont le bienfait principal est la régulation des moustiques. Désavantagés par leurs très courtes pattes, ils sont en danger s’ils se retrouvent au sol. Bien sûr, un nichoir seul ne suffit pas à répondre à leurs besoins biologiques, veillez donc à leur proposer cette solution de cohabitation dans le cadre d!une gestion environnementale plus globale : plantation d’arbre, maintien de la végétation existante…

Le nichoir « à martinet » est à installer directement sur la façade de la maison ou d’un bâtiment (orientation sud, sud-est, sud-ouest), le plus haut possible afin de profiter du couvert proposé par les débords de toit. Une piste d’envol est nécessaire pour cet oiseau lors du décollage, il est donc important de veiller à ne pas avoir de trop grands arbres situés juste devant.

Détails

A martinet noir et à ventre blanc.

Le nichoir « à martinet colonie » est un nichoir multi-spécifique mais pour une seule famille : les apodidés. Grâce à son accès large et son épaisseur de 25mm, ce nichoir propose une parfaite isolation thermique et une protection contre les prédateurs, lieu parfait pour des couvées en sécurité.

Le martinet noir et à ventre blanc sont d’incroyables oiseaux dont le bienfait principal est la régulation des moustiques. Désavantagés par leurs très courtes pattes, ils sont en danger s’ils se retrouvent au sol. Bien sûr, un nichoir seul ne suffit pas à répondre à leurs besoins biologiques, veillez donc à leur proposer cette solution de cohabitation dans le cadre d!une gestion environnementale plus globale : plantation d’arbre, maintien de la végétation existante…

Le nichoir « à martinet colonie » est à installer directement sur la façade de la maison ou d’un bâtiment (orientation sud, sud-est, sud-ouest), le plus haut possible afin de profiter du couvert proposé par les débords de toit. Une piste d’envol est nécessaire pour cet oiseau lors du décollage, il est donc important de veiller à ne pas avoir de trop grands arbres situés juste devant.

Détails

A pic épeiche exclusivement.

Le nichoir « à épeiche » est un nichoir mono-spécifique pour le pic épeiche. Son trou d’envol de 54mm et sa profondeur ont pour objectif de recréer un effet de loge. Avec son épaisseur de 25mm, ce nichoir propose une parfaite isolation thermique et une protection contre les prédateurs.

Au-delà du bienfait d’accueillir des oiseaux variés pour la biodiversité, installer un nichoir à pic épeiche permet d’assurer à cet oiseau une nidification à l’abri dans un contexte territorial où les cavités naturelles se font rares. Bien sûr, un nichoir seul ne suffit pas à répondre à ses besoins biologiques, veillez donc à lui proposer cette solution de cohabitation dans le cadre d!une gestion environnementale plus globale : plantation d’arbre, maintien de la végétation existante…

Le nichoir « à épeiche » est à installer entre 4m et 6m sur un arbre obligatoirement (avec un tronc d’au minimum 15cm de diamètre) via un système de maintien par sangle large afin de ne pas l’abîmer lors de se croissance. Orienter le trou d’envol direction sud-est, sud-ouest ou à défaut nord-est (en fonction des ventes dominants du lieu d’installation).

Détails

A hirondelle rustique exclusivement.

Le nichoir « double antisalissures » est un nichoir mono-spécifique pour l’hirondelle rustique. En assurant un endroit facile d’accès, stable pour la construction du nid et une plateforme réceptrice des fientes, ce nichoir assure une bonne cohabitation avec l’Homme.

L’hirondelle rustique est régulatrice des petites bêtes et est un maillon essentiel dans la chaîne alimentaire. Grâce à sa plateforme réceptrice de fientes, la cohabitation n’est plus un problème. Bien sûr, un nichoir seul ne suffit pas à répondre à ses besoins biologiques, veillez donc à lui proposer cette solution de cohabitation dans le cadre d’une gestion environnementale plus globale : présence de milieux humides, végétalisation…

Le nichoir « double antisalissures » est à installer dans un bâtiment (grange, garage, appenti…) dont l’accès est assuré tout au long de la période de reproduction (fenêtres ou portes qui restent ouvertes, trous dans le mur…). A installer directement au plafond. Pas d’orientations obligatoires.

Détails

A hirondelle de fenêtre exclusivement.

Le nichoir « colonie antisalissures » est un nichoir mono-spécifique pour l’hirondelle de fenêtre. En assurant un endroit facile d’accès, stable pour la construction du nid et une plateforme réceptrice des fientes, ce nichoir assure une bonne cohabitation avec l’Homme.

L’hirondelle de fenêtre est régulatrice des petites bêtes et est un maillon essentiel dans la chaîne alimentaire. Grâce à sa plateforme réceptrice de fientes, la cohabitation n’est plus un problème. Bien sûr, un nichoir seul ne suffit pas à répondre à ses besoins biologiques, veillez donc à lui proposer cette solution de cohabitation dans le cadre d’une gestion environnementale plus globale : présence de milieux humides, végétalisation…

Le nichoir « colonie antisalissures » est à installer directement sur la façade de la maison ou d’un bâtiment (orientation sud, sud-est, sud-ouest), le plus haut possible afin de profiter du couvert proposé par les débords de toit. Une piste d’envol est nécessaire pour cet oiseau lors du décollage, il est donc important de veiller à ne pas avoir de trop grands arbres situés juste devant lui.

Détails

A pic épeichette exclusivement.

Le nichoir « à épeichette » est un nichoir mono-spécifique pour le pic épeichette. Son trou d’envol de 40mm et sa profondeur ont pour objectif de recréer un effet de loge. Avec son épaisseur de 25mm, ce nichoir propose une parfaite isolation thermique et une protection contre les prédateurs.

Au-delà du bienfait d’accueillir des oiseaux variés pour la biodiversité, installer un nichoir à pic épeiche permet d’assurer à cet oiseau une nidification à l’abri dans un contexte territorial où les cavités naturelles se font rares. Bien sûr, un nichoir seul ne suffit pas à répondre à ses besoins biologiques, veillez donc à lui proposer cette solution de cohabitation dans le cadre d!une gestion environnementale plus globale : plantation d’arbre, maintien de la végétation existante…

Le nichoir « à épeichette » est à installer entre 4m et 6m sur un arbre obligatoirement (avec un tronc d’au minimum 15cm de diamètre) via un système de maintien par sangle large afin de ne pas l’abîmer lors de se croissance. Orienter le trou d’envol direction sud-est, sud-ouest ou à défaut nord-est (en fonction des ventes dominants du lieu d’installation).

Support

A traquet

Terrier à colonie

Terrier

A rapaces

Pour hibou

Détails

A grive musicienne et merle noir.

Le nichoir « support » est un nichoir multi-spécifique qui permet à tout à chacun d’accueillir un nichoir grâce à sa facilité d’installation à hauteur d’Homme. Pour le merle noir et la grive musicienne, ce nichoir stabilise le nid et assure la sécurité des couvées.

Installer un nichoir support permet à ces espèces d’assurer leur territoire grâce à une double protection : contrer les prédateurs tout en permettant le maintien du nid lors des tailles des arbres et arbustes. Bien sûr, un nichoir seul ne suffit pas à répondre à leurs besoins biologiques, veillez donc à leur proposer cette solution de cohabitation dans le cadre d!une gestion environnementale plus globale : plantation d’arbre, maintien de la végétation existante…

Le nichoir « support » est facile à installer puisqu’il se positionne directement dans une haie ou sur un mur, derrière une végétation dense (arbustes, rhododendrons…). Il suffit de le positionner à hauteur de poitrine et bien l’accrocher. Si le nichoir est sur un arbre ou un arbuste : utiliser un système de sangle large afin de ne pas l’abîmer lors de sa croissance.

Détails

A traquet motteux exclusivement.

Le nichoir « à traquet » est un nichoir mono-spécifique qui accueille uniquement le traquet motteux. Grâce à son entrée en chicane et son épaisseur de 25mm, ce nichoir propose une parfaite isolation thermique et une protection contre les prédateurs.

Le traquet motteux est un oiseau qui nidifie directement au sol ou dans des talus peu hauts. Il est donc régulièrement dérangé par l’activité humaine ou mis à mal par des prédateurs qui y ont facilement accès. Bien sûr, un nichoir seul ne suffit pas à répondre à ses besoins biologiques, veillez donc à lui proposer cette solution de cohabitation dans le cadre d!une gestion environnementale plus globale : plantation d’arbre, maintien de la végétation existante…

Le nichoir « à traquet » est à installer directement au sol dans un trous creusé et recouvert de terre laissant l’accès libre orienté sud, sud-est ou sud-ouest. Il peut également être installé dans des buttes de sables et graviers ou encore mis en place lors de la création de talus de terre. Le plus important est qu’il soit totalement invisible et protégé des risques de glissements de terrain.

Détails

A hirondelle de rivage exclusivement.

Le nichoir « terrier à colonie » est un nichoir mono-spécifique pour l’hirondelle de rivage. En assurant un tunnel assez long pour se protéger des prédateurs et une chambre spacieuse recoupant plusieurs entrées, les hirondelles pourront nidifier en toute tranquillité.

L’hirondelle de rivage est moins connue que ses deux cousines mais tout aussi importante. Régulatrice des petites bêtes volantes, elle est un maillon essentiel dans la chaîne alimentaire. Bien sûr, un nichoir seul ne suffit pas à répondre à ses besoins biologiques, veillez donc à lui proposer cette solution de cohabitation dans le cadre d’une gestion environnementale plus globale : maintien des milieux humides, protection des rivages, plantation d!une végétation d’eau…

Le nichoir « terrier à colonie » est à installer directement sur les cours d’eau, milieux humides, falaises ou encore carrières à flanc des rives et doit être recouvert par de la terre ou du sable en fonction du faciès du milieu d’accueil. Orientation sud, sud-est, sud-ouest. Une étude du sol doit être réalisée en amont afin d’assurer la pérennité de l’installation et de ses occupants.

Détails

A martin-pêcheur exclusivement.

Le nichoir « terrier » est un nichoir mono-spécifique pour le martin-pêcheur En assurant un tunnel assez long pour se protéger des prédateurs et une chambre spacieuse, les martin-pêcheurs pourront nidifier en toute tranquillité en bord de milieu humide.

Le martin-pêcheur est un oiseau connu pour la beauté de ses plumes et ses talents de pêcheurs. Petit et fragile, son environnement naturel doit être maintenu afin d’assurer sa présence. Bien sûr, un nichoir seul ne suffit pas à répondre à ses besoins biologiques, veillez donc à lui proposer cette solution de cohabitation dans le cadre d’une gestion environnementale plus globale : maintien des milieux humides, protection des rivages, plantation d’une végétation d’eau…

Le nichoir « terrier » est à installer directement sur les cours d’eau, milieux humides, falaises ou encore carrières à flanc des rives et recouvert par de la terre ou du sable en fonction du faciès du milieu d’accueil. Orientation sud, sud-est, sud-ouest. Une étude du sol doit être réalisée en amont afin d’assurer la pérennité de l’installation et le maintien du nichoir et de ses occupants.

Détails

A buse variable, milan noir, autour des palombes et épervier d’Europe.

La plateforme « à rapaces » est un nichoir multi-spécifique pour la buse variable, le milan noir, l’autour des palombes et l’épervier d’Europe. Grâce à cette plateforme, le nid sera assez grand pour accueillir la couvée tout en assurant une stabilité et donc une protection contre les risques de chute.

En tant que maillon final de la chaîne alimentaire, les rapaces sont essentiels pour assurer la pérennité de toute la biodiversité liée à leur cycle de vie. Bien sûr, une plateforme seule ne suffit pas à répondre à leurs besoins biologiques, veillez donc à leur proposer cette solution de cohabitation dans le cadre d’une gestion environnementale plus globale : plantation d’arbre, maintien de la végétation existante…

La plateforme « à rapaces » est à installer entre 8m et 15m sur un arbre obligatoirement (avec un tronc d’au minimum 30cm de diamètre) via un système par sangle large afin de ne pas l’abîmer lors de se croissance. Un arbre proposant une fourche est à privilégier afin d’assurer le maintien horizontal de la plateforme et assurer sa pérennité dans le temps.

Détails

A hibou moyen-duc exclusivement.

La plateforme « pour hibou » est un nichoir mono-spécifique qui accueille uniquement le hibou moyen-duc. Grâce à cette plateforme, le nid sera assez grand pour accueillir la couvée tout en assurant une stabilité et donc une protection contre les risques de chute dans un environnement climatique de plus en plus perturbé.

L’hibou moyen-duc est très important en milieu rural pour gérer la population des rongeurs et autres petites bêtes. Sa présence est donc un atout pour assurer un équilibre des espèces animales sauvages. Bien sûr, une plateforme seule ne suffit pas à répondre à ses besoins biologiques, veillez donc à lui proposer cette solution de cohabitation dans le cadre d’une gestion environnementale plus globale : plantation d’arbre, maintien de la végétation existante…

La plateforme « pour hibou » est à installer entre 5m et 10m sur un arbre obligatoirement (avec un tronc d’au minimum 30cm de diamètre) via un système par sangle large afin de ne pas l’abîmer lors de se croissance. Un arbre proposant une fourche est à privilégier afin d’assurer le maintien horizontal de la plateforme et assurer sa pérennité dans le temps.

Simple antisalissures

Double entrée

A crécerelle

A sitelle

A pèlerin

A effraie

Détails

A hirondelle rustique exclusivement.

Le nichoir « simple antisalissures » est un nichoir mono-spécifique pour l’hirondelle rustique. En assurant un endroit facile d’accès, stable pour la construction du nid et une plateforme réceptrice des fientes, ce nichoir assure une bonne cohabitation avec l’Homme.

L’hirondelle rustique est régulatrice des petites bêtes et est un maillon essentiel dans la chaîne alimentaire. Grâce à sa plateforme réceptrice de fientes, la cohabitation n’est plus un problème. Bien sûr, un nichoir seul ne suffit pas à répondre à ses besoins biologiques, veillez donc à lui proposer cette solution de cohabitation dans le cadre d’une gestion environnementale plus globale : présence de milieux humides, végétalisation…

Le nichoir « simple antisalissures » est à installer dans un bâtiment (grange, garage, appenti…) dont l’accès est assuré tout au long de la période de reproduction (fenêtres ou portes qui restent ouvertes, trous dans le mur…). A installer directement au plafond en laissant 30cm de hauteur afin d’assurer la confection du nid. Pas d’orientations obligatoires.

A huppe

A hulotte

Pour cigogne

Nos gîtes à mammifères

A muscardin

A hérisson

A pipistrelle

A écureuil de reproduction

A belette

Détails

A muscardin commun exclusivement.

Le gîte « à muscardin » est mono-spécifique. Le trou d’accès de 35mm situé à l’arrière lui permet d’y entrer directement par le tronc. Avec son épaisseur de 25mm, ce gîte propose une parfaite isolation thermique et une protection contre les prédateurs.

Installer un gîte à muscardin permet de participer à la conversation de cette espèce encore trop peu connue et dont les populations ne semblent pas stables. De nombreuses études sont d’ailleurs en cours pour mieux le comprendre. Bien sûr, un gîte seul ne suffit pas à répondre à ses besoins biologiques, veillez donc à lui proposer cette solution de cohabitation dans le cadre d’une gestion environnementale plus globale : plantation d’arbre, maintien de la végétation existante…

Le gîte « à muscardin » est à installer entre 1m et 2m directement sur le tronc d’un arbre ou dans une zone fortement arbustive (en utilisant un système de sangle large afin de ne pas l’abîmer). L’orientation n’a que peu d’importance puisque le trou d’accès est positionné contre le tronc toutefois, il est intéressant d’éviter les vents dominants.

Détails

A hérisson d’Europe exclusivement.

Le gîte « à hérisson » est mono-spécifique. Grâce à son double accès (tunnel d’entrée + porte intérieure), il est protégé des prédateurs et des courants d’airs. Avec son épaisseur de 25mm, ce gîte propose une parfaite isolation thermique.

Installer un gîte à hérisson permet de participer à la conservation de cette espèce fragile dont les populations déclinent de plus en plus rapidement au niveau national. Bien sûr, un gîte seul ne suffit pas à répondre à ses besoins biologiques, veillez donc à lui proposer cette solution de cohabitation dans le cadre d’une gestion environnementale plus globale : plantation d’arbre, maintien de la végétation existante…

Le gîte « à hérisson » est à installer directement au sol dans un endroit tranquille et protégé. Le positionner le long d’une haie lui permettra d’y accéder tout en étant protégé par la végétation tandis que le mettre le long d’un tas de bois lui assurera la présence de nourriture. Orienter Le trou d’accès à l’opposé des vents dominants du lieu d’installation.

Détails

A pipistrelle commune, de Nathusius, pygmée et de Kuhl.

Le gîte « à pipistrelle » est un gîte multi-spécifique mais pour un seul genre : pipistrellus de la famille de vespertilionidés. Les stries assurent à ces chauves-souris un moyen de s’accrocher. Avec son épaisseur de 25mm, ce gîte propose une parfaite isolation et une protection contre les prédateurs

Les chauves-souris (= chiroptères) regroupent des centaines d’espèces dont la moitié sont menacées. En France, 36 espèces cohabitent parfois au plus proche de nos activités humaines qui ne répondent plus à 100% à leur biologie. Bien sûr, un gîte seul ne suffit pas à répondre à leurs besoins biologiques, veillez donc à leur proposer cette solution de cohabitation dans le cadre d’une gestion environnementale plus globale : maintien de la végétation existante, proposition de points d’eau…

Le gîte « à pipistrelle » est à installer entre 2m50 et 6m sur une descente de gouttière (orientation sud-est ou sud-ouest) ou directement sur la façade de la maison ou d’un bâtiment (orientation sud). Afin de prendre en compte le guano qui tombera de ce gîte, il est conseillé d’installer à environ 1m dessous une plaque antisalissures.

Détails

A belette exclusivement.

Le gîte « à belette » est un gîte mono-spécifique. Grâce à son double accès de 30mm de diamètre, elle est protégée des prédateurs et des courants d’airs, cela assure son utilisation quotidienne. Avec son épaisseur de 25mm, ce gîte propose une parfaite isolation thermique.

Installer un gîte à belette permet de participer à la conservation de cette espèce, peu connue car peu visible. Bien sûr, un gîte seul ne suffit pas à répondre à ses besoins biologiques, veillez donc à lui proposer cette solution de cohabitation dans le cadre d’une gestion environnementale plus globale : plantation d’arbre, maintien de la végétation existante… afin notamment de lui assurer la présence de nombreux campagnols qu’elle pourra manger.

Le gîte « à belette » est à installer directement au sol dans un endroit tranquille et protégé. Le positionner le long d’une haie lui permettra d’y accéder tout en étant protégée par la végétation tandis que le mettre le long d’un tas de bois lui assurera la présence de nourriture. Orienter Le trou d’accès à l’opposé des vents dominants du lieu d’installation.

Détails

A écureuil roux exclusivement.

Le gîte « à écureuil de reproduction » est mono-spécifique. Grâce à son double accès (trou d’accès de 80mm par en bas puis un second dans le sas), il est protégé des prédateurs. Avec son épaisseur de 25mm, ce gîte propose une parfaite isolation thermique.

Installer un gîte à écureuil de reproduction permet d’assurer aux jeunes de la portée la possibilité d’atteindre l’âge adulte en minimisant les différents risques qu’ils encourent (tomber de l’arbre, se faire prédater…). Bien sûr, un gîte seul ne suffit pas à répondre à leurs besoins biologiques, veillez donc à leur proposer cette solution de cohabitation dans le cadre d’une gestion environnementale plus globale : plantation d’arbre, maintien de la végétation existante, présence d’essences à fruits…

Le gîte « à écureuil de reproduction » est à installer entre 5m et 10m sur un arbre obligatoirement (avec un tronc d’au minimum 30cm de diamètre) via un système de maintien par sangle large afin de ne pas l’abîmer lors de se croissance. Orienter Le trou d’accès direction sud-est, sud-ouest ou à défaut nord-est (en fonction des ventes dominants du lieu d’installation).

Double à pipistrelle

A écureuil simple

Attention, les nichoirs à oiseaux et gîtes à mammifères seuls ne suffisent pas à répondre à la totalité des besoins biologiques de ces êtres-vivants sauvages. Ces outils de cohabitation doivent être utilisés comme une phase transitoire afin de parvenir à une gestion environnementale globale et saine. Les animaux sauvages ne doivent pas être domestiqués, ni rendus dépendants à l’Homme par ces propositions de cohabitation.

Autres outils de cohabitation

Page en cours de construction

Des projets sur-mesures

Page en cours de création